Sorties syndicat

Voyage dans les Charentes, du 18 au 20 octobre 2013

Suite au succès rencontré pour le voyage dans le Périgord l’année dernière, le CRPF et Syndicat des Producteurs de Truffes Noires du Vivarais ont organisé un voyage dans les Charentes, du 18 au 20 octobre 2013.

 Compte rendu du voyage en Charente organisé par le syndicat des producteurs de truffes noires du Vivarais avec la collaboration du CRPF les 18, 19, 20 Octobre 2013.

img-2800.jpg

Vendredi 18 Octobre

 Le départ des 11 participants a eu lieu de bon matin ; après une pose déjeuner au niveau de Montluçon nous avons fait une première halte dans la truffière de Mr Christian Galocher  qui possède plusieurs hectares de chênes truffiers d'environ une dizaine d'années pour les premiers que nous avons vu. Pour la taille il se contente de ne pas les laisser monter en hauteur, il les a eu arrosés mais ne les arrose plus, il ne travaille pas le sol. "le métier de trufficulteur est un métier de fénéant " nous a-t-il dit !

Il arrache les arbres de dix ans s'il ne produisent pas et replante à proximité sur le même rang. Ses deux chiens faisaient tout le travail de récolte, nous les avons vu aller chercher des truffes de marque, les ramener dans le panier, prendre la réconpense, repartir dans un ballet perpétuel jusqu'à ce que le maitre les rentre dans la voiture.img-2787.jpg

C'était de magnifiques Lagottos superbement dressés.img-2809.jpg

Puis nous avons pris la direction d'Angoulème où nous avons pris le repas du soir,le coucher et le petit déjeuner.

  

Samedi 19 octobre

 Départ pour Longré et visite d'une superbe truffière de trois hectares autour de la maison de Mr Claude Fortin.

Nous avons pu tout d'abord voir de très nombreuses truffes de marque, presque tous les arbres marquaient. Son travail du moment consistait à les protéger du gel et des prédateurs en les recouvrant de terre ou de mousse ou de tuiles.

Tous ses arbres étaient taillés pour limiter leur croissance. Il avait mis une installation d'arrosage par micro jets. L'antécédent cultural était des céréales, les arbres étaient agés d'un dizaine d'années. Il travaille le sol, puis coupe l'herbe.

Après le repas de midi nous sommes allés chez Mr Régis Mesnier, président du Syndicat des trufficulteurs de Charente pour visiter sa truffière agée de sept ans  sur un terrain anciennement planté en vignes.Il nous a montré qu'il avait planté avec des arbres provenant de quatre pépinièristes selon un zonage bien défini et reproduit plusieurs fois sur le champ de 10 hectares. Les arbres sont des chênes verts, des chênes pubescents.

Nous avons pu voir des différences flagrantes au niveau du développement des arbres, des brûlés et de la présence de truffes de marques selon la pépinière d'origine bien que le terrain soit homogène.

Deux pépinièristes avaient des arbres avec des truffes de marque et de nombreux brûlés, le troisième des brûlés et quelques truffes, le dernier seulement quelques brûlés.

Une installation d'arrosage par arrosage manuel à l'aide d'un tuyau.img-2789.jpg

Nous étions accompagné par Mme Sandrine Fizzala technicienne truffes de la chambre d'agriculture de Charente. L'après midi s'est terminée par la visite de la cave de Mr Mesnier et une dégustation de pineau et de cognac ; moment très apprécié par l'ensemble des participants.img-2818.jpgimg-2816.jpg

Repas et nuit à Angoulème dans le même hôtel, visite nocturne de la ville.

 

Dimanche 20 octobre

 Un peu de culturel  la visite du château de La Rochefoucauld avec pour guide Madame de La Rochefoucauld excusez du peu.

Excellent repas à Saint Junien puis retour à Lavilledieu , arrivée vers 22heures.

 

                                                                             Les responsables de la commission voyage.

                                                                                 Georgette Rigaud et Christiane Barruel


  

Les Ardéchois ont rencontré leurs collègues trufficulteurs du Lot

 Voyage entre Quercy et Périgord.

 Du 07 au  09 Décembre 2012, le Syndicat des Producteurs de Truffes Noires du Vivarais en la personne de 27 trufficultrices et trufficulteurs sans oublier les sympathisants de « la fourchette et du bien vivre », s’est déplacé entre Quercy et Périgord. Très rapidement une excellente ambiance s’est instaurée, confortée par les étapes culinaires de Cahors, Cuzance  et Tournon d’Agenais.

dscn6273.jpg

Pour les « fanas » de la gléba et du péridium la mise en bouche a été assurée par la première conférence de Pierre Sourza à Cuzance. Certains ont même remis le couvert l’après-midi. Ils se reconnaîtront. (…)

img-2529.jpg

Le plat de consistance a été la visite de la truffière de Pierre Alix à Tournon d’Agenais. Association de modernisme (ordinateur, tableurs collationnant de nombreux paramètres), de bon sens terrien, avec en plus me semble t’il une approche déterministe. La meilleure preuve étant la causalité représentée par « les pièges à truffes » et le pourcentage assez grand de réussite qui pourrait se traduire en caractère prédictif. (je m’égare, je m’égare …) Pourvu que l’on trouve le plus tard possible : n’est-ce-pas Gérard, Serge, Pierre, Claude, et consort.

p1040346.jpg

Merci aux cars Arsac de Lavilledieu pour la qualité de leur prestation.

Trufficolement vôtre.

Quelques photos de la sortie dans le Lot

 

 

 



 

Les Ardéchois en visite chez les voisins du Gard

Le syndicat des producteurs de truffes noires du Vivarais a réuni ce samedi 20 février, une vingtaine de participants pour une sortie à Uzès, sur le domaine de Michel TOURNAYRE

 

.

Dans son arboretum, poussent un grand nombre d'essence d'arbres hôtes. L'expérimentation, réalisée par le syndicat des trufficulteurs du Gard, montre en direct les chênes blancs pédonculés (ceux qui sont nus en hiver), les pubescents et les sessiles, les charmes encore en parure hivernale en ce mois de février, trois catégories de noisetiers : le commun, le Byzance et le coliourna, le tilleul à petites feuilles qui exhibe ses ramures rouges et a été cette année très producteur et le pin noir.
Dans la propriété Tournayre, la troisième génération, certains arbres sont piochés à la « trinque » ; d'autres taillés au taille haie, militairement, resteront des nains à gros troncs, des sortes de bonsaï étranges ; d'autres sont arrosés quand le chiendent jaunit, cette mauvaise herbe étant l'alliée de Michel Tournayre qui a su s'en faire une amie, sentinelle qui annonce la sécheresse. En ce qui concerne la taille, l'arbre est moins dénudé au nord pour le protéger du vent dominant qui l'agresse et pousse matières organiques et glands vers le sud. Il n'est d'ailleurs pas interdit de ratisser ces deux derniers éléments.
La guerre aux brumales est déclaré. Michel Tournayre préconise d'arracher sans pitié tous les producteurs.
Dans les vieilles truffières de ses ancêtres plantées serrées, quelques oliviers destinés à produire l'huile et ainsi à rentabiliser le terrain, sont taillés chaque année tandis que de gros arbres sont arrachés pour ouvrir le milieu et faire rentrer le soleil. Les truffes aiment bien aller se nicher au pied de l'olivier qui n'est pas, comme chacun sait, un producteur.
Professionnaliser la filière est le but de Michel Tournayre ; pour cela il préconise d'identifier les « apporteurs », de médiatiser les voleurs ce qui permet de les neutraliser, de sortir de la confidentialité et de l'obscurantisme qui tue la profession.
Dans une parcelle, des arbres champions, les fameux clonés dernière génération, poussent lentement, sans arrosage, simplement surveillés par le maître des lieux et taillés à la traditionnelle sans tenir compte de la lune, car comme le souligne Michel avec tous les arbres que compte mon domaine, comment voulez vous que je travaille avec la lune ! Surtout quand on sait que le froid et la pluie de cet hiver mémorable ont déjà bien empêché les affaires de tourner rond.
Enfin, amis trufficulteurs, n'hésitez pas à noter vos observations et à prendre en photo vos chers arbres. En effet, tout comme vos enfants les truffiers grandissent sans qu'on y prenne garde et il est bon de les fixer en mémoire.
Champion des expériences diverses et variées, Michel Tournayre continue sa route, les deux pieds plantés dans les truffiers et le drapeau melono hissé haut dans le ciel Gardois. Il fait plaisir à voir et à entendre.

Toutefois l'ancêtre du syndicat des producteurs de truffes noires du Vivarais, Jeannet, du haut de son expérience empirique continue quand même de préconiser, avec un sourire enjoué, que pour avoir une récolte au bout de six ans, il vaut mieux planter en lune vieille ses chênes blancs pédonculés et en lune montante ses chênes verts !

Si Michel Tournayre prétend qu'il n'y a pas une trufficulture mais des trufficultures, j'ai envie d'ajouter : il n'y a pas un trufficulteur mais des trufficulteurs. Et ma foi, le mieux c'est peut-être de faire selon son cœur.
Rendez vous est pris pour l'assemblée générale du syndicat de producteur de truffes noires du Vivarais le samedi 20 mars à Saint-André de Cruzières.

Nicole Faucon Pellet.

 

Referenceur Gratuit Essentiel-Referencement - Brioude Referencement referencement | referencement gratuit | referencement google | regime Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.Ardeche